L’ expatriation : Epreuve ou opportunité pour le couple et la famille ?

[x_author title=”About the Author”]

[x_button shape=”square” size=”regular” float=”none” href=”https://www.meditsimple.com/practitioners/ms-anne-de-montarlot/355024″ title=”Book online with this health professional. It’s free.” target=”blank” info=”tooltip” info_place=”top” info_trigger=”hover”]Book online[/x_button]


Les packages du cadre expatrié fournis par l’entreprise ou par l’institution financière sont bien connus. En revanche, il n’incluent pas ou très peu la préparation du couple lui-même, en tant que tel, alors que cet arrachement à sa culture, à sa langue, à ses repères familiaux et amis ainsi qu’au système d’éducation de ses enfants peut soulever de réels challenges.

Ces tensions bien souvent larvées et sur lesquelles le couple n’a pas forcément réfléchi avant son départ, peuvent conduire à des déceptions et à du ressentiment. Face à elles, soit le couple se soude dans une vision “nous face au système” ou bien il se déchire au fur et à mesure des obstacles rencontrés qui peuvent être cumulatifs. 

Alors quels sont les pièges potentiels placés sur la voie du couple expatrié?

  La maîtrise de l’anglais

La prise de conscience, parfois surprenante, d’un niveau d’anglais qui n’est pas tout à fait à la hauteur des attentes et la perte de confiance en soi qui s’ensuit, tant sur le plan professionnel que social. En outre, une disparité entre les époux peut exister, lorsque l’un est plus à l’aise en anglais que l’autre, ce qui risque d’engendrer des frustrations.

La gestion des carrières des deux membres du couple

La gestion de la trajectoire et de la progression des carrières distinctes de chacun des époux. Elle peut se voir modifiée avec un déclassement professionnel fréquent pour la femme. Ce type de deuil de carrière (pour la femme en général) peut provoquer de l’anxiété et du ressentiment.  Il sera alors question de réfléchir à un nouveau positionnement sur un marché du travail en anglais ainsi qu’à une nouvelle culture du travail, différente de celle connue en France et de retrouver des repères comportementaux plus justes.

Une fois en poste, la perte progressive pour le cadre concerné (masculin/feminin) de son réseau professionnel laissé en France, a pour conséquence de le rendre celui-ci davantage “à la merci” de son employeur local. D’autre part, si l’un des époux se retrouve à porter seul le poids financier, le déséquilibre peut créer des attentes qui n’existaient pas dans le pays d’origine et provoquer des frictions exprimées sous forme de reproches.

  La scolarité des enfants

La scolarité des enfants, avec les problématiques nouvelles que cela génère, entraine de nombreuses prises de décisions difficiles. Quel système choisir? Quelle orientation, comment s’y preparer? UCAS ou Prépa à la française? etc.. le manque d’information face aux options possibles entre les systèmes français et anglais, ne manque pas de créer des pressions familiales avec une attente triple : celle de l’enfant, de ses parents et de la société, sous-tendue par une course aux résultats.

De façon générale, le couple parental risque d’être confronté à un stress accru que les jeunes ressentent (en dehors des pressions traditionnelles, telles que les examens, l’image de leur corps, la pression exercée par les autres), stress lié à la performance. Celui-ci est malheureusement alimenté par une incessante course virtuelle à la réussite à travers les réseaux sociaux, engendrant le sentiment chez le jeune de n’être jamais à la hauteur…  La famille expatriée n’est, bien entendu, pas épargnée par cette révolution technologique.

L’impact de cette course à la performance est démultipliée, notamment dans des villes comme Londres où la concurrence internationale est féroce pour les étudiants. Ce type de pressions nouvelles pour les enfants se remarque au niveau de leurs attentes et des troubles (stress, attaques de panique, anxiété, dépression) que cela peut produire. Que faire en tant que parents expatriés pour les soulager de cette nouvelle forme de pression? Les aider à se concentrer sur ce qu’ils peuvent contrôler et recadrer le focus sur la qualité et l’intensité des révisions et du travail à fournir, ainsi que sur leurs compétences d’organisation (study skills), au lieu  de mettre l’accent uniquement sur les résultats. Echouer à un examen n’est pas synonyme de drame et doit, au contraire, être une opportunité de mieux se connaître et examiner ce qui doit être pris en compte pour maximiser ses chances. Leur apprendre à échouer, sans systématiquement en faire un peu trop pour eux, peut les aider à maximiser leur résilience et prendre confiance en eux.

En conclusion, protéger son couple doit être au centre de l’aventure d’expatriation. Rafraîchir son anglais est sans doute la première étape pour retisser un réseau amical et professionnel et ne pas trop écorcher son estime de soi au passage. Ensuite, il sera bon d’instaurer régulièrement des moments de dialogue en famille où chacun partagera son expérience, ses attentes et ses soucis. Rester le doigt sur le pouls des ondulations permet de clarifier et de rectifier la trajectoire à temps, et de maintenir la connexion entre les époux.

Published by

Anne de Montarlot

Anne de Montarlot

After 12 years working with Expats in Central London, Anne has developed a strong experience and expertise in relationship difficulties, in career counselling and student counselling. Her clients are referred by word of mouth, past clients, GP’s and Psychiatrists. After working for Corporate in NYC in Finance and Advertising for 10 years, Anne re-trained and obtained her Master degree (with Distinction) in London at NSPC in 2004. She is a member of UKCP and follow their code of Ethics. She also graduated in 2010 from the Coaching School of Meyler Campbell and is MBTI certified. Quarterly, she gives Conflict Resolution Seminars, providing CPD. In 2016, with business partner Kenza Mekouar (career coach) she launched “Reinvent-UK, 2-day Workshop” helping women who have been out of work, transition to a successful and meaningful career. While in the UK they can continue or resume a fulfilling career by improving their self-confidence, shaping their options and develop a clear and purposeful route back to work.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.